Articles

Lever les barrières de l'impossible

Image
Ce qui est très clair, quand on se branche sur ses envies profondes, c'est que ça nous parait souvent impossible. 
J'aimerais changer de métier, mais je n'ose pas J'aimerais écrire un livre J'aimerais partir vivre en Australie
J'ai pu constater que plus on en a envie, plus ça bloque. Rater quelque chose qui ne nous tient pas vraiment à cœur n'est pas un problème. Il n'y a donc pas vraiment d'enjeu et on peut se lancer sans se poser de questions. 
Par contre, envisager d'échouer à son projet le plus intime, c'est moins facile. 
C'est parfois plus facile de ne pas essayer. 
A 17 ans, j'aurais voulu travailler dans le cinéma, devenir réalisateur. Mais je pensais que ce n'était pas possible.
Mon discours interne, c'était : 
Si c'était possible, tout le monde le ferait !
Depuis, quand je témoigne auprès d'un étudiant qui n'ose pas croire à son projet, je lui parle de mon parcours : maths sup, maths spé "étoile&q…

Formation "Animation de formations"

Bonjour,

Une formation de formateurs : Améliorer l'animation de vos formations est proposée dans les prochaines semaines.

Cette formation sera animée par Gabriel Brabant.

Il s'agit d'un programme sur 4 jours :


FORMATION Animation de formation : méthodes et outils de base Objectifs de la formation : - acquérir une vision synthétique de la démarche, des méthodes et des outils d’animation de formation. - identifierles enjeux de la constitution et de la vie d’un groupe de participants à une formation - clarifierles outils de mise en action des participants - construireles outils d’évaluation de l’acquisition des connaissances, compétences, savoir-faire - construire les outils d’évaluation de la formation
Durée 4 jours
Points clés du programme Modalités pédagogiques Conférencier
Première journée


Présentation des participants et de l’intervenant Tour de table des attentes
Une bonne formation ! Ce qui distingue une bonne formation Mobiliser les participants …

Organisme de formation

Image
Bonjour,

Pour mieux vous accompagner dans tous vos enjeux professionnels, Gabriel Brabant vous propose désormais des formations.
Ces formations professionnelles sont finançables par les organismes de financement de formations : OPCA pour les salariés, les entrepreneurs et les dirigeants d'entreprise, Pole Emploi pour les demandeurs d'emploi.
Plus d'informations sur le financement de formations : Les salariés peuvent retrouver toutes les informations sur leur compte personnel de formation CPF sur le site moncompteactivité.gouv.fr.Les entrepreneurs et dirigeants d'entreprise peuvent retrouver toutes les informations en fonction de l'OPCA dont ils dépendent à l'aide du code APE ou NAF de leur entreprise. Exemple : Profession libérale -> FIF PLLa liste des 20 OPCA est disponible sur le site https://travail-emploi.gouv.fr/Un site propose de trouver l'OPCA à partir du code NAF : http://www.questionformation.com/liste-opca/Les demandeurs d'emploi ont égale…

"Les salariés n’en peuvent plus des réunions qui ne servent à rien, des séminaires ludiques, des powerpoints de 150 slides" Nicolas Bouzou

Image
J'ai eu envie de partager avec vous cette vidéo parce qu'elle décrit exactement ce que je ressens à propos de l'entreprise. 
Chez Altedia, pour "faire passer la pilule" d'un déménagement de la rue de Rome vers la tour Cristal dans le quartier de Beaugrenelle, ils ont annoncé la mise à disposition de machines à café Nespresso. 
Sur un management inexistant par des "chefs de projets" sans responsabilité hiérarchique de leurs équipes de consultants, ils ont collé des babyfoots au 24e étage...
Pour citer Nicolas Bouzou dans la vidéo :  "Quand on a un management qui est déficient, qui est très bureaucratique avec beaucoup trop de process et qu'on colle dessus des babyfoots et des cours de yoga, je vous promets, ça ne fonctionne pas !" C'était également toute la limite de démarches "Mieux vivre au travail" du Cabinet Formatys : sur des dérives graves des ressources humaines dans le groupe Orange, on colle une web radio et ça n…

Soigner sa réputation - Faut-il laisser faire et ne rien dire ?

Image
Bonjour, 
Pendant dix ans, j'ai pensé que soigner sa réputation ça voulait dire "ne pas critiquer son employeur" ni pendant la durée du contrat de travail, ni après. 
Je trouvais la contrainte un peu trop forte : En entreprise, on ne peut pas critiquer son manager, sa hiérarchie ou son entreprise pour ne pas avoir de problème avec son employeur. Une fois sorti de l'entreprise, on ne peut pas critiquer pour ne pas abîmer sa réputation professionnelle.  Autrement dit, un manager, un patron ou plus globalement une entreprise peut mal se comporter et il n'y aurait rien à dire, pour ne pas salir sa propre image professionnelle. 
En fait, en relisant la publication de Transition Plus sur le sujet, leur newsletter 38, je me rends compte que ce n'est pas tout à fait ce qu'ils en disent. Ils accompagnent les cadres qui font appel à eux pour gérer des situations délicates et les invitent à éviter d'agir ou de communiquer négativement sous le coup de l'émo…

Faut-il souffrir au travail ?

Bonjour, 
Dans mon précédent article "Un travail satisfaisant", je disais que je ne sais pas si on a le droit de chercher à être satisfait de son travail. 
Faut-il pour autant souffrir au travail ? 
Il semble que oui ?
En ce qui me concerne, devoir se présenter dans une tour à la Défense, un bureau à Puteaux, la tour Cristal à Beaugrenelle ou chez un client à Villepinte à 9h30 après 20 minutes de scooter ou 1h30 de RER tous les matins, c'est déjà une souffrance. 
Même dans des conditions "de rêves" pour rejoindre les bureaux prestigieux de BNP Paribas Corporate and Investment Banking Boulevard des Italiens en arrivant simplement à scooter en passant par le 7e arrondissement et la place de la Concorde, j'avais "la boule au ventre". 
Devoir ensuite passer toute la journée dans un bureau derrière un ordi, c'était aussi de la souffrance. 
Et il y a pire. 
Aller à Villepinte en 1h30 de RER pour recevoir 7 à 9 salariés dans la journée, au lieu de …

Un travail satisfaisant

Bonjour, 
Je n'ose pas écrire sur la satisfaction au travail tellement le sujet semble un peu "tarte à la crème". 
A-t-on seulement le droit de se poser la question de la satisfaction au travail ? 
Est-on en droit de vouloir un travail qui a du sens, des tâches intellectuellement gratifiantes, des journées satisfaisantes... sans passer immédiatement pour un enfant gâté ?
De mon côté, le monde de l'entreprise ne m'a pas convaincu. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé différents environnements professionnels et différents métiers. 
Le plus simple, dans ce cas, c'est de dire que c'est de ma faute.  Que ça vient de moi.  Que c'est moi qui ne suis pas fait pour rester enfermé dans un bureau 8 à 9 heures par jour.  Que je suis peut-être allergique à l'autorité ?
Il me semble que le sujet est pourtant un peu plus complexe que cela. 
Je me suis senti rassuré quand j'ai découvert 10 ans après mes débuts dans l'entreprise, des témoig…