Soigner sa réputation - Faut-il laisser faire et ne rien dire ?



Bonjour, 

Pendant dix ans, j'ai pensé que soigner sa réputation ça voulait dire "ne pas critiquer son employeur" ni pendant la durée du contrat de travail, ni après. 

Je trouvais la contrainte un peu trop forte :
  • En entreprise, on ne peut pas critiquer son manager, sa hiérarchie ou son entreprise pour ne pas avoir de problème avec son employeur. 
  • Une fois sorti de l'entreprise, on ne peut pas critiquer pour ne pas abîmer sa réputation professionnelle. 
Autrement dit, un manager, un patron ou plus globalement une entreprise peut mal se comporter et il n'y aurait rien à dire, pour ne pas salir sa propre image professionnelle. 

En fait, en relisant la publication de Transition Plus sur le sujet, leur newsletter 38, je me rends compte que ce n'est pas tout à fait ce qu'ils en disent. Ils accompagnent les cadres qui font appel à eux pour gérer des situations délicates et les invitent à éviter d'agir ou de communiquer négativement sous le coup de l'émotion...

C'est ce qu'ils précisent dans cet encadré :

Transition Plus, Newsletter 38, printemps 2018



Ce que j'observe par ailleurs, c'est qu'aujourd'hui, des voix se lèvent sur des sujets beaucoup plus graves que les dysfonctionnements des entreprises. 

  • Dans son 27e bulletin, François Ruffin explique que l'Assemblée Nationale n'est qu'un habillage et précise que les députés s'y ennuient.
  • Emma a publié de nombreuses bandes dessinées engagées pour dénoncer les conditions dans les maternités et aujourd'hui elle publie le parcours d'un gardien de la paix
Emma - lien vers L'histoire d'un gardien de la paix

Nicole Ferroni - lien vers sa page Facebook

Je pense que nous avons tous à réagir, à notre niveau, sur les situations inacceptables qui se présentent devant nous. 

L'image qui me vient, c'est celle du colibri de Pierre Rabhi, à l'envers. C'est-à-dire que toutes nos petits compromissions, nos petites soumissions, nos petites lâchetés devant une situation injuste, une remarque déplacée, une assistante maltraitée ou un cadre dévalorisé en public... construisent un monde dont je ne veux plus, développent des entreprises qui ne me conviennent pas, détruisent des salariés pourtant de bonne volonté. 

Je vous invite donc, chacun à votre niveau, à cesser les compromissions, à dire stop, à vous lever contre les injustices du quotidien, les harceleurs habituels. 

En travaillant la semaine dernière avec une coachée, nous avons commencé la séance par des propos du type "je ne sais pas si c'est tout à fait du machisme" et j'ai ensuite entendu défiler tout ce que l'on peut entendre dans ces situations : 
  • prises une à une, les réflexions ou les pseudo-blagues semblent anodines ou "pas méchantes"
  • cumulées toutes la journée, elles sont bien constitutives de machisme et de harcèlement
  • quand la personne qui en est victime demande que ça s'arrête, on sort l'atout "humour" et on en rajoute une couche pour la décrédibiliser : "mais on peut bien en rire"
  • les personnes autour ne voient pas le mal et contribuent à la situation par leur rire ou leur silence.


Le plus souvent, il est largement temps que ça s'arrête. 

Et, non, la personne concernée directement ne peut pas s'en sortir seule. 

Dans notre village, la directrice de l'école n'emmène pas le plus jeune enfant à la sortie scolaire, sous prétexte qu'il est "trop petit". Pour aller au cirque...

Quand je prends le temps d'aller en parler à la conseillère municipale, elle me répond : "Les parents n'ont qu'à venir me voir eux-mêmes". Il n'y a rien de plus faux.

Le plus souvent, quelqu'un est soumis à des enjeux de discrimination quand il est déjà en situation de faiblesse ou d'infériorité. Les personnes maltraitantes ne s'attaquent pas à ceux qui ont les ressources pour se défendre directement.  

Alors prenez votre part de responsabilité, assumez de troubler l'ordre public le "désordre privé" de votre open-space ou de votre service pour faire changer les choses, pour mettre fin aux maltraitances en entreprise. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Organisme de formation

Lever les barrières de l'impossible

Un travail satisfaisant